Tuishou

  Tuishou 推手 Le tuīshǒu signifie « la poussée des mains » :
    tuī 推 : pousser
    shǒu 手 : mains.
Le tuīshǒu est communément appelé “Poussée des mains” ou “Mains collantes”. Ce n’est pas une compétence nouvelle qu’il faut acquérir mais l’utilisation de sa compréhension dans le rapport à l’autre dans une idée d’échange. Lors de la pratique de la poussée de mains, il devient possible de maîtriser les axes et le centre de gravité de l’adversaire, de sentir ses zones de faiblesse et neutraliser ses attaques. Les mains deviennent des capteurs capables de sentir ses intentions.
Le tuīshǒu est le moyen de vérifier avec un partenaire le travail qui a été mis en place pendant l’apprentissage ou le déroulement de la forme.
Le tuīshǒu se pratique à une main, à deux mains, en pas fixe et en déplacement. Sous forme de travail codifié, semi-libre ou libre, il permet d’aborder les huit potentiels (principes, portes), le plein et le vide, l’utilisation de la force souple, l’écoute intuitive, la neutralisation et la déviation de la force.
Le tuīshǒu s’exécute sans force en mobilisant toutes les parties du corps. Sa pratique, comme celle du tàijí quán, apporte souplesse, concentration, sensibilité, réaction et stabilité.
Le tuīshǒu nous impose de nous adapter à la situation et nous fait comprendre qu’il est préférable de plier plutôt que de casser (le chêne et le roseau). Il s’agit de la dimension de la philosophie Taoïste basée sur le Yin et le Yang qui sert de support à la pratique du tàijí quán, donc, du tuīshǒu.
Face à une agression, la pratique régulière du Tuishou permet de maîtriser une situation sans recours à la violence et d’être prêt pour une riposte rapide et efficace.
Les exercices de tuīshǒu procurent les mêmes bienfaits sur la santé que la pratique du tàijí quán.

L’association n’organise pas, à ce jour, de cours spécifiquement dédiés au tuīshǒu. La poussée des mains fait partie intégrante des cours afin de permettre de mieux appréhender la forme du tàijí quán. Cependant, il n’est pas exclu que des stages sur l’étude du tuīshǒu soient organisés.

© 2015 - 2018 La mélodie du mouvement