La forme

 
Les chemins de la forme L’aspect le plus connu, le tàijí quán consiste, à reproduire un enchaînement de mouvements immuables, appelé traditionnellement : la forme. Cet enchaînement, cette forme traditionnelle, est constitué, dans notre école, de 108 mouvements découpés en trois parties :

    Première partie : La Terre 土
    Deuxième partie : L'Homme 人
    Troisième partie : Le Ciel 天

L’apprentissage et la connaissance des trois parties demandent du temps et de la régularité, et se développent sur plusieurs années. Cela demande au pratiquant un travail de longue haleine et un investissement personnel. Un travail qui en chinois se dit Gong 功. Le tàijí quán s’apprend par la répétition et le pas-à-pas, avec patience, confiance et persévérance. La pratique nous emmènera, petit-à-petit vers des sensations nouvelles, l’esprit sera de plus en plus calme et centré, le corps de plus en plus délié et souple. Il n’y pas de raccourci. Seules des bases solides permettront d’évoluer et d’approfondir en permanence. Le tàijí quán comporte, il est vrai, de multiples facettes. La pratique nous apprend à utiliser des ressources auxquelles nous n’avons pas l’habitude de recourir : le mental, le centrage, l’enracinement, la conscience de l’espace, l’écoute, le regard intérieur voire les énergies.


Un petit extrait de la forme


Trouver ci-dessous des articles concernant la pratique du tàijí quán :

Les dix principes du Tàijí Quán


Les treize postures


Chants du Tàijí Quán


Bonne pratique


© 2015 - 2018 La mélodie du mouvement