Chants du Tàijí Quán

Au fil d’une pratique et d’une réflexion qui se sont étendues sur plusieurs siècles, les maîtres de l’Antiquité sont parvenus à sonder le mystère du tàijíquán, consignant leurs pénétrantes intuitions sous forme de chants et de poèmes. Longtemps tenus secrets, ces chants et ces poèmes étaient aussi bien gardés que des pierres précieuses et n’ont été révélés au grand public vers la fin du XIXème siècle. Le secret le mieux gardé, c’est qu’il n’y pas de secret dans le tàijíquán.
Chant de l'efficace
Soyez léger, agile, vif et développez votre capacité à interpréter l’énergie. Yin et Yang alternent sans discontinuité. Pour que “quatre onces l’emportent sur mille livres” Ouvrez, fermez, stimulez le souffle et maîtrisez le centre
Chant des huit caractères de Song Shuming
« Parer, tirer vers l’arrière, presser et repousser, peu de gens au monde connaissent ces techniques. Sur dix experts, dix ne les connaissent pas. Si l’on peut être léger, agile, dur et ferme, on peut sans problème adhérer, lier, coller et suivre. Les mouvements cueillir, tordre, donner un coup de coude et donner un coup d’épaule sont encore plus merveilleux. Pour les exécuter, nul n’est besoin de fatiguer son esprit. Celui qui peut adhérer, lier, coller et suivre, a acquis le centre véritable et ne le quitte pas. » Attacher zhān Adhérer nián Se connecter lián Suivre suí
Chant de la véritable signification de Song Shuming
Ni son ni forme (oubli de son être), Tout le corps est transparent (intérieur et extérieur ne font qu’un), La réaction aux choses est spontanée (suivre les intentions de son esprit), La montagne de l’Ouest est semblable à une pierre musicale suspendue (vaste est la mer, vide est le ciel), Le tigre rugit, le singe crie (essence Yin), La source est pure, le fleuve paisible (l’esprit est mort, l’énergie spirituelle est vivace), Retourner le fleuve et renverser la mer (le souffle originel se meut et circule).
Plus d'informations
« Retourner le fleuve et renverser la mer » est une expression technique d’alchimie intérieure qui désigne le fait de faire circuler le souffle de contrôle (vaisseau Gouverneur Du Mai 督脉) Yang) et de fonction (vaisseau Conception Rèn Mài; 任脉) yin), depuis le coccyx jusqu’au sommet de la tête pour revenir par devant jusqu’au sexe. Ci-dessous l’exemple de la petite circulation Song Shuming Il existe trois portes (ou passages difficiles) sanguān 三关 Elles sont appelées ainsi parce qu’elles se réfèrent à des zones où le passage du Qi 氣 est difficile. Situées le long du méridien Du Mai 督脉 :
  1. Le passage weiluguān 尾闾关 au niveau du coccyx,
  2. Le passage jiajiguān 夹脊关 autour du point mingmen 命門 (porte de la vie) au niveau de la seconde lombaire,
  3. Le passage yuzhenguān 玉枕关 (coussin de jade) au niveau de la nuque.
Raideurs, douleurs et congestions à ces endroits témoignent, selon la médecine chinoise, d’un passage difficile du Qi 氣. Des massages, l’acupuncture ou des techniques de contractions-respirations sont alors utilisés pour fluidifier la circulation.
Chant de Rolland
A la suite d’un stage dans les Vosges, j’ai tenté, en toute modestie, de rédiger un texte abscons qui relate une partie de ma compréhension de la pratique.

Par la Source bouillonnante connectée au tréfonds de la terre
Monte l’eau qui à travers le périnée, la Porte de la vie désaltère
Laissez le Coussin de jade se gonfler jusqu’aux cent réunions.
La langue derrière les incisives ; les vaisseaux en communion.

Profitant de cette voie, le feu s’écoule et le corps se tonifie
Le retour à la source densifie la coulée qui distribuée s’aventure
Par la Porte du labeur, ce flux trouve une issue vers l’infini,
Le relâchement tel une seringue apporte à l’être la nourriture.
 

Retour

   

© 2015 - 2018 La mélodie du mouvement